Le secteur de la construction opte pour la main d’œuvre locale !

Conseils pour les Pros par Marine Marine

Le secteur de la construction opte pour la main d’œuvre locale !

Il n’est pas nécessaire d’être entrepreneur dans le bâtiment pour savoir que le secteur est en danger… Sans tomber dans l’article mélodramatique (ça n’est pas mon genre, vous le savez maintenant ; ), nous allons voir ensemble, les différents facteurs de la tourmente, les réflexes observés ainsi que les réponses clamées pour s’en sortir ! Sans prétention ni remède miracle, nous allons décrypter le lien de cause à effet. Nos entreprises belges se portent mal depuis un certain temps, voyons pourquoi et comment répondre à la crise.

Un secteur aux abois

Souvent les chiffres interpellent, alors voyons, en 2018… La Confédération de la Construction observait 6 pourcents de faillites en plus dans le secteur de la construction (augmentation au cours des 8 premiers mois de l’année). Ce chiffre vise essentiellement les petites entreprises. Le secteur de la construction voit sa part d’emploi diminuer d’année en année ! Qu’est ce que ça veut dire ? Que de moins en moins de gens travaillent dans le bâtiment. Ou encore, que le nombre de travailleurs belges a sensiblement baissé depuis quelques années. Décortiquons ensemble, pour ne pas avoir ce discours surfait et préconçu que l’on entend trop souvent…

Le pourquoi du comment

Plusieurs raisons sont en cause. Nous ne sommes pas là pour chercher et trouver des coupables. D’autant que ça ne s’avère jamais très constructif ! Observons plutôt pourquoi et comment… Je pense que nous pouvons diviser la tâche en deux points : dumping social et législation bancale. Remontons un peu dans le temps, sans Delorean (enfin, si vous insistez… ; ). Regardons l’évolution du secteur de la construction.

Dumping social

Atchoum me direz-vous. Oui, d’accord… C’est un mot compliqué, en anglais en plus (mon niveau doit d’ailleurs s’arrêter à « je te donne » de Jean-Jacques Goldman : p !). Bref, pour faire simple, il s’agit de baisser les coûts de production en diminuant le coût de la main d’œuvre. Et comment diminuer le coût de la main d’œuvre en Belgique, que vous soyez de Tournai, Mons, etc. ? On va chercher ses employés à l’étranger ! C’est légal ? Oui, bien sûr ! Ces ouvriers étrangers ont désormais la dénomination de « détachés ». Sans même rentrer dans le débat « déclarés ou non !? », un travailleur détaché, bien que rémunéré au même titre qu’un travailleur local (et ce, depuis peu), ne représente pas la même charge financière ! POURQUOI ? Les cotisations de sécurité sociale des travailleurs détachés sont à payer dans leur pays d’origine (autant vous dire qu’on ne parle pas des mêmes sommes 0° !).

Une législation bancale

En plus de ce problème croissant, nous avons récemment fait mieux (oui ok, je manque un peu d’objectivité, ce qui, en soit, ne devrait pas arriver. Admettons tout de même qu’il est difficile de garder le cap, à la simple lecture des faits ! Je suis une femme vous savez, pas un surhomme : D). Ne nous dispersons pas dans les débats (certains sont encore plus périlleux que d’autres ; ). Je disais donc, il y a peu de temps, ce que l’on appelle communément « l’accès à la profession » s’est vu quelque peu amoindri… A l’observation des changements, des évolutions dans le monde du travail, le gouvernement wallon a décidé de réduire sensiblement les exigences d’accès à certaines professions. Le secteur de la construction en fait partie et bien d’autre d’ailleurs. Pour résumer, ce qui faisait auparavant d’un maçon, un maçon, était l’ensemble de ses connaissances et ses compétences dans le domaine. Celles-ci devaient par ailleurs, être plus ou moins démontrées pour prétendre au titre. Et maintenant ? Que nenni ! (En vérifiant l’orthographe, la définition inscrite est : expression un peu désuète signifiant rien du tout. Si vous aviez déjà une vague idée de mon âge, je viens sans doute de prendre 10 ans supplémentaires ! ; ). En somme, désormais tout le monde… à non, pardon : n’importe qui, peut démarrer une entreprise de construction !

Besoin de sortir du lot

Pour lutter contre ce fléau (j’ai toujours rêvé de dire ça), les entreprises doivent redoubler de malice et d’ingéniosité ! La profession est alors en plein mouvement. Quand autrefois, il suffisait (et je pèse mes mots) de travailler de façon professionnelle et rigoureuse, être aimable avec le client, faire fonctionner le bouche à oreille à coup de travail bien fait… Aujourd’hui, vous devez quasiment établir un plan de communication, gérer les médias, etc…

La communication d’entreprise : une nécessité

De plus en plus nombreuses sur le marché, les entreprises de construction ont dû rebondir, trouver le moyen de se démarquer. Elles mettent désormais en avant, à l’aide des réseaux sociaux par exemple, leur point fort, leur atout et leur particularité. Comme pour vous dire : « voici mon entreprise, les hommes qui y travaillent, notre philosophie… ». La transparence est devenue une arme contre la concurrence déloyale ! Un moyen efficace de se démarquer et de clamer HAUT et fort « notre main d’œuvre est locale, nous en sommes fiers ! ».

Les entreprises ont appris à communiquer et à nous montrer sous forme d’image ou de vidéo, leur chantier, leur réalisation, leur savoir-faire, etc. D’une certaine façon, il devenait urgent de vous rappeler, de nous rappeler que derrière un nom d’entreprise, se cache des hommes, des vies.

Notre réponse : le badge « main d’œuvre locale »

On a tous un ami, un voisin ou un membre de la famille qui exerce dans ce secteur. C’est toujours plus éloquent lorsque ça nous touche. Prôner la main d’œuvre locale, c’est veiller sur nos emplois, ceux de notre famille, de nos amis. C’est leur donner la valeur qu’ils méritent ! C’est une manière de montrer, de prouver la fierté d’un travail, d’un savoir-faire !

Pour que l’information soit claire et visible, notre site Walup a mis en place un badge de main d’œuvre locale arboré fièrement par les entreprises qui remplissent le critère. Un peu comme l’icone -vous êtes ici- sur un plan, ce badge vous donne la position de l’entreprise dans le contexte actuel, son engagement et son indéniable prise de risque… Eh oui, après l’effet positif que peut avoir la démarche de le mettre en avant, n’oubliez pas, qu’au quotidien, c’est un réel défi financier (qui lui, se moque de la mode).

Si comme moi, vous vous êtes déjà retrouvé devant votre ordinateur, à chercher une entreprise pour vos travaux, tous corps de métier confondus, il est difficile de choisir sans voir la tremblote ! Prenez le temps, allez à la chasse aux informations, renseignez-vous…

Vous voulez recevoir des devis pour vos travaux ?

Vous envisagez d'effectuer des travaux dans votre habitation ? Vous pouvez parcourir notre liste d'entrepreneurs de qualité en cliquant ici. Vous ne savez pas vers quelle entreprise vous tourner ? Walup vous aide à faire le bon choix ! Décrivez-nous votre projet et nous vous recontactons.

Demander des devis gratuits